Les Yeux©Patou Uhlmann

Art contemporain, à Genève

Lumineuses, les enseignes sur les toits..

Lumineuses, les enseignes qui prônent au-dessus des immeubles situés autour de la plaine de Plainpalais. Installées de 2006 à 2012, elles ne sont plus qu’au nombre de huit, après le démontage en juillet 2017, pour des raisons de sécurité de l’une d’entre elles, intitulée « Breath » œuvre du Genevois Jérôme Leuba. Neon Parallax, est un projet artistique mis en place par les Fonds d’art contemporain de la Ville et du canton de Genève. C’est aussi un clin d’œil, une transposition des messages publicitaires des enseignes qui illuminent la prestigieuse rade en installations artistiques autour de la populaire plaine de Plainpalais. De nuit, lorsque vous vous promenez sur la plaine, observez les grands yeux en amande, premier élément installé et intitulé « Axis of silence » ou cette inscription dont les lettres sont en désordre « L’ODRRE N’A PAS D’IPMROTNCAE ».

L’ODRRE N’A PAS D’IPMROTNCAE ©Patou Uhlmann

L’ODRRE N’A PAS D’IPMROTNCAE ©Patou Uhlmann


Le mot « Dimanche » évoque le repos, une pause dans l’agenda, un message en décalage du slogan publicitaire.
dimanche©Patou Uhlmann

Dimanche©Patou Uhlmann

Hélène Vibourel

Alberto Giacometti, à Genève…

Filiformes, les sculptures de A.Giacometti...

Filiformes, les grandes sculptures d’après-guerre qui caractérisent le style facilement reconnaissable du célèbre peintre et sculpteur Alberto Giacometti, originaire d’un petit village des Grisons. L’artiste séjourna plusieurs fois à Genève.

En 1919, il suivit pendant quelques mois les cours à l’École des Beaux-Arts, puis de 1943 à 1945, il vécut dans le quartier des Eaux-Vives, à l’Hôtel de Rive, dans une modeste chambre qui lui servait aussi d’atelier. Il préférait se priver de nourriture pour aller discuter avec ses amis dans les bars autour du Molard. Du fait de la petitesse de son lieu de vie, il ne réalisa, durant cette période, principalement que des figurines.

C’est aussi à Genève qu’il rencontra la femme qui partagea sa vie, Annette Arm fille du maître principal de l’école du Grand-Saconnex. Il l’épousa en 1949. Aujourd’hui, il existe à Genève une rue en mémoire de l’artiste et cela fait 20 ans, que son portrait orne le recto du billet de 100 francs.

Hélène Vibourel

Cigars & More, à Genève…

Pour les amateurs de cigares...

Unique Cigars & More

Non loin de la place du Bourg-de-Four, une nouvelle civette, dirigée par Olivier Nehr, a ouvert ses portes pour le plus grand bonheur des amateurs de cigares. CASA NUEVA! Unique Cigars & More est un écrin à la décoration raffinée, avec un plafond où d’espiègles angelots veillent au milieu des nuages et du ciel bleu sur la boutique. Un petit salon design, permet au visiteur de prendre le temps de choisir ou découvrir une sélection de cigares, essentiels, indispensables ou exclusifs. La gamme est variée en fonction des provenances et chacun peut satisfaire son envie, guidé par Olivier Nehr. Profitez de votre passage pour tester par exemple, une exclusivité, les cigares cubains Virtuoso, un produit très haut de gamme.

Dans la boutique sont présentés avec raffinement des accessoires fumeurs, du plus simple au plus luxueux, des idées cadeaux pour soi ou pour offrir. Olivier Nehr organise des soirées d’initiation, dégustation, pour plus de détails, rendez-lui une petite visite.

SONY DSC

CASA NUEVA
Unique Cigars & More
36, rue Saint-Léger
1204 Genève - +41 (0)22 810 86 82
Lundi au vendredi 9h-19h et le samedi 10h-18h. Le dimanche sur rendez-vous

Hélène Vibourel

Restaurant, Café du Soleil, à Corsier

Authenticité et traditions culinaires…

Au Cœur du village de Corsier, existe l’un des plus anciens bistros du Canton de Genève, le Café du Soleil. Depuis des décennies, il a su préserver son authenticité et ses spécialités culinaires, notamment les fameux filets de perches frais du lac Léman servis sur assiette ou en plat avec des frites maison.

C’est souvent l’adresse que je suggère aux amis et amateurs de ce plat typique de la région et en plus, si vous avez le temps, c’est l’occasion d’une balade bucolique dans le village et de zigzaguer au milieu des nombreux domaines viticoles avoisinant. D’ailleurs, lors de mon dernier passage au restaurant, mes filets de perches étaient accompagnés d’un excellent Pinot Gris du Domaine des Ménades d’Alain Jacquier, situé non loin, à Anières. Au Café du Soleil, il y a aussi de quoi rassasier les « aficionados » de viande avec les grillades ou la fameuse « potence » piquée de morceaux de bœuf coupés en cube et flambés au whisky ou au cognac… Tout un savoir-faire ! Toute l’année, s’il vous prend l’envie d’une fondue bourguignonne ou au fromage, c’est également une excellente adresse. Avec les beaux jours et jusqu’aux derniers rayons du soleil, il est agréable de profiter de sa terrasse paisible et il vaut mieux réserver, car l’endroit est prisé, notoriété oblige !

Café du Soleil
5, chemin du Château
1246 Corsier - +41 (0)22 751 11 59
www.cafedusoleilcorsier.ch
Hélène Vibourel

Takinoa, à Genève…

Takinoa, aux Eaux-Vives à Genève, le plein d’énergie

Takinoa, un nom facile à retenir, un peu japonisant me direz-vous ? Pas vraiment, cherchez plutôt du côté du quinoa, le riz des incas, bien connu pour ses vertus nutritives exceptionnelles puis ajoutez une combinaison de préfixe taki et suffixe no pour évoquer l’absence de vitesse.
En résumé, chez Takinoa on prend le temps de nourrir son corps et son esprit avec des plats équilibrés. C’est en 2014, qu’Eric Lebel, fondateur de la marque, 100% Made in Switzerland a ouvert sa première boutique à Lausanne. Depuis il a poursuivi l’aventure sur la riviera et jusqu’à Genève dans le quartier des Nations, à la Fnac de Rive et l’an passé à la rue du Nant aux Eaux-Vives. C’est ici, que je suis allée prendre ma pause déjeuner et faire le plein d’énergie.

Ce qui est très agréable en entrant, c’est la lumière, l’endroit est clair, la décoration épurée, on respire et on se détend, c’est tout simplement zen.

Une petite visite à l’étage, petit coin intime et tranquille et un autre du côté du comptoir pour découvrir les différents plats, wraps, pains multi-céréales, tartes salées, jus de fruits…

J’ai testé et apprécié, le « Bonne mine » à base de citron, carotte Bio, concombre, pomme. Je suis allée vers le présentoir des salades et desserts, plats chauds en bocal à consommer sur place ou à réchauffer chez soi. J’ai opté pour une salade de quinoa (évidemment) blanc Bio, poulet suisse à l’orange et graines de chia avec un dessert aux « Perles du Japon », lait de coco et mangue, léger, sain et bon. Les végétariens, vegans, allergiques au lactose et au gluten trouveront aussi leur bonheur.

Un petit détail apprécié, le coin « bar à eau » nature ou citronné gratuit, une marque d’attention sympathique. Si vous êtes en période detox, je vous invite à goûter le jus extra Kale, c’est assez tendance et en cas de baisse de forme une Mezzo salade au quinoa Bio avec spiruline Bio et graines de chanvre Bio… Ainsi plus d’excuses, pour ne pas déjeuner sainement à midi et avec les beaux jours pour profiter du soleil, faites votre choix de repas chez Takinoa et allez profiter du soleil au bord du lac, c’est tout près !

Takinoa – Takinoa Fnac Café
12, rue du Nant ou 16, rue de Rive
www.takinoa.ch

Hélène Vibourel

Théâtre du Galpon, à Genève…

Excentré, mais pas excentrique le Théâtre du Galpon...

Excentré, mais pas excentrique d’aller au Théâtre du Galpon! L’aventure a débuté en 1996, initiée par Gabriel Alvarez et Nathalie Tacchella. C’est Gabriel qui a lancé le mot « Galpon ». Il signifie en Amérique du Sud : grange ou hangar. Bien trouvé, puisque avant de s’implanter le 1e juillet 2011, route des Péniches, entre Bois de la Bâtie et bords de l’Arve, le théâtre fut fondé dans des halles en bois sur le site du quartier de la Jonction occupé alors par le collectif Artamis. Le lieu devint après quelques remous le théâtre d’activités culturelles et artistiques. Autrefois, il fut consacré au maraîchage avant l’implantation en 1844, de l’usine à gaz, partiellement ravagée en août 1905, par une explosion qui fit treize morts et une douzaine de blessés. Que reste-t-il de ce premier Théâtre du Galpon ? Un élément de charpente qui daterait de 1896, transporté au bord de l’Arve et puis son âme qui en fait une véritable maison pour le travail des arts de la scène.

Hélène Vibourel

https://galpon.ch

Michée Chauderon©Marion Jiranek

La sorcière de Genève

L'histoire de Michée Chauderon...

Guérisseuse, plus qu’ensorceleuse, Michée Chauderon, sorcière pendue publiquement puis brûlée à Genève en avril 1652. Elle eut le tort de prodiguer des soins grâce à sa connaissance des plantes aux vertus thérapeutiques et d’avoir également un don pour soulager les « corps fiévreux ». Sa potion magique ou « soupe blanche » n’était autre qu’une composition très nourrissante qui permettait de requinquer quelques malades chétifs. D’origine savoyarde, après une vie laborieuse à Genève en tant que servante, puis lavandière et suite à la perte de son compagnon et de son enfant, elle espérait survivre en prodiguant ses remèdes. Mal lui en a pris, car à cette époque, la chasse aux sorcières était courante, entre 1527 et 1681, à Genève, 337 personnes furent poursuivies pour crime de sorcellerie. Michée Chauderon fut la dernière « sorcière » exécutée dans la République protestante. En Suisse, il faut attendre 1782 avec la condamnation d’Anna Göldi dans le canton de Glaris.

L’histoire est racontée aux enfants (dès 7 ans) dans un livre : La Sorcière de Genève – Briget & Caroline Dommen – Adrienne Barman (Illustrateur)

La sorcière de Genève

La sorcière de Genève


En France, le 29 janvier 2018 est décédée à l’âge de 97 ans, Marie Roubieu, la dernière survivante des herboristes, titulaire du diplôme supprimé en 1941 et jamais rétabli depuis.
Hélène Vibourel

Intérieur Cirque Rancy©Bibliothèque de Genève

Place du cirque, à Genève…

Circassien, le paysage sur la plaine de Plainpalais...

Circassien, au 19e, le paysage sur la Plaine de Plainpalais avec la présence de deux cirques en planches, l’un datant de 1857 et l’autre de 1876, dont l’exploitation fut confiée à un grand nom du cirque français, Théodore Rancy, passionné également de chevaux. Fin 19e, il les remplace par un cirque en pierre, le seul, existant en Suisse. Le lieu sert aussi pour des concerts et accueille notamment en 1881 les lectures de textes de Victor Hugo à l’occasion des septante-neuf ans de l’écrivain. En 1892, à la mort de Théodore Rancy, le bâtiment connaît des transformations, rebaptisé Apollo-théâtre, il devient cinéma et théâtre de variétés, l’un des premiers à exister à Genève. Sa destruction aura lieu en 1955. La Place du Cirque est un petit clin d’œil à ce passé, la vocation cinématographique perdure avec l’auditorium Arditi-Wilsdorf.

Place du Cirque vers 1900©∫@Centre d'iconographie genevoise

Place du Cirque vers 1900©∫@Centre d'iconographie genevoise


Hélène Vibourel

Architecture art-déco, à Genève…

Une voûte en mosaïque de Ravenne...

Sauvegardé, le bâtiment art-déco, du 4 rue de la Croix-d’Or, édifié en 1914, par l’architecte Alfred Olivet, conçu initialement pour un « bazar ». Il abrita en fait un commerce de tissus et vêtements à l’enseigne « Old England ». En 1920, celui-ci fait faillite, laisse la place dès 1927, aux Nouveaux Grands Magasins S.A., qui sous l’enseigne, Uniprix ou « EPA », ouvre sa première succursale genevoise. Des transformations sont apportées, notamment au niveau de la façade toute de métal et de verre. L’EPA fermera ses portes en 2005 pour laisser la place à InterdiscountXXL. Dix ans après, ce dernier cédera une partie de sa surface à une chaîne de prêt-à-porter. Oubliez la vocation marchande du bâtiment et admirez la gracilité des éléments verticaux et décoratifs de l’élégante façade vitrée et spécialement sa voûte mosaïque en verre de Ravenne. Et par ces grands froids, un petit arrêt pour un chocolat chaud maison, chez Martel, sis à la même adresse, s’impose.

Galeries intérieures du bâtiment en 1914

Galeries intérieures du bâtiment en 1914

Hélène Vibourel

La devise de la Maison Vacheron Constantin

La Maison Vacheron Constantin, à Genève…

La plus ancienne manufacture horlogère au monde...

Emblématique, à Genève, la Maison Vacheron Constantin, créée en 1755, par le Maître horloger de 24 ans, Jean-Marc Vacheron. Elle est la plus ancienne manufacture horlogère au monde en activité continue depuis sa création. En 1819, l’association avec François Constantin, donne naissance à la raison sociale « Vacheron et Constantin » ainsi qu’à la devise de la Maison, « Faire mieux si possible, ce qui est toujours possible ». L’installation Quai de l’Île, dans un bâtiment réalisé par Jacques-Elysée Goss, date de 1875. En 1906, à cet endroit, ouvre la première boutique. Par la suite, l’entreprise déménagera à Plan-les-Ouates. Habituée aux records, on lui doit la réalisation en 1979 de la montre-bracelet la plus chère au monde : Kallista, et en 2015 la création de la montre la plus compliquée jamais réalisée, Référence 57260.
En janvier, de nombreuses marques emblématiques du monde horloger sont présentes au Salon International de la Haute Horlogerie à Genève.

La 1ère boutique à Genève en 1906

La 1ère boutique à Genève en 1906


Hélène Vibourel