Le Jet d’eau de Genève

La colonne unique d'un vaste temple...

Le Jet d'Eau aux alentours de 1886

Le Jet d'Eau aux alentours de 1886


Monumental, le célèbre Jet d’Eau de Genève connu dans le monde entier. Il n’est pas du au hasard et ne fut pas toujours une attraction touristique. Sa création date de 1886. Il était situé avant à l’emplacement du Bâtiment des Forces motrices et mesurait 30 mètres de haut, alors qu’aujourd’hui, il mesure 140 mètres, avec une vitesse de 200 km/h et un débit de 500 litres par seconde. Il n’est pas du au hasard et ne fut pas toujours une attraction touristique. Sa création date de 1886. En fait de 1850 à 1890 la population passa de 40 000 habitants à 60 000 et tous ces habitants avaient besoin d’être approvisionné en eau d’où la construction d’une station hydraulique mais vint ensuite le problème en fin de journée où tous les artisans arrêtaient leur activité presque en même temps provoquant… une surpression. Et pour y remédier, vint l’idée d’un jet qui laisserait échapper la pression de l’eau ! Elementaire ou presque… Ainsi était né le célèbre et incontournable Jet d’eau. Dans son livre « Genève », l’écrivain français du 20ème siècle, Pierre Gascar, le décrit ainsi : « Je me trompais, en voyant dans le jet d’eau de Genève, qui est le plus haut du monde, une simple attraction, un agrément de parc public. Il sanctifie l’esprit du lac et le matérialise dans ce jaillissement : en le voyant surgir au-dessus des derniers plissements du Jura, quand j’approche de Genève, je découvre, en fait, la colonne unique d’un vaste temple transparent ». Le Rhône et ses contrastes de couleur inspirèrent aussi Julien Green dans son « Journal du Voyageur ».

Hélène Vibourel

Visite audio à Genève de De "Sissi" à "Frankie"

Genève, de « Sissi » à « Frankie »

Une visite audio à travers la ville...

Statue de "Sissi" à la rotonde du Quai du Mont-Blanc

Statue de "Sissi" à la rotonde du Quai du Mont-Blanc


C’est une visite en zigzag à Genève que je vous propose, d’une rive à l’autre, d’un personnage à l’autre en prenant le temps de l’observation, de la contemplation face aux paysages, monuments et curiosités qui jalonnent notre parcours.
De « Sissi », impératrice d’Autriche à « Frankie » pour les intimes, héros malheureux du célèbre livre Frankenstein de Marie Shelley, nous voici partis pour une agréable balade à travers la ville.
Statue de "Frankie" sur la plaine de Plainpalais

Statue de "Frankie" sur la plaine de Plainpalais

Visite audio sur le site de izi.travel : Genève, de "Sissi" à "Frankie"
https://izi.travel/browse/11fd4d7c-85fa-44b6-b0c5-f2d8558803ce/fr

Hélène Vibourel

Musée militaire Genevois au Domaine de Penthes

Domaine de Penthes…

Un parc public, très romantique...

Vue sur le parc du Domaine de Penthes

Vue sur le parc du Domaine de Penthes


Romantique, le parc public de neuf hectares du domaine de Penthes situé au cœur de la Genève Internationale, avec ses promenades vallonnées et sa vue splendide sur les Alpes et le lac. Il est communément appelé le parc de l’Impératrice en l’honneur de Joséphine de Beauharnais, qui résidait non loin, au château de Prégny-la-Tour. Les sentiers agrémentés d’arbres fruitiers, mènent le visiteur vers le château de Penthes et les musées privés qu’il abrite, dont le Musée militaire genevois et le Musée des Suisses dans le Monde qui depuis plus de 45 ans évoque l’histoire et le destin de ces hommes et femmes qui ont quitté leur patrie et marqué le monde de leur empreinte.
Séquoia et château de Penthes

Séquoia et château de Penthes


Majestueux, devait être ce séquoia géant wellingtonia, planté dans ce parc vers 1870, qui, en une fraction de seconde, sous l’effet de la foudre, a volé en éclats le 6 octobre 1993. Certains morceaux ont été projetés à plus de 300 mètres dans la propriété de l’ambassade des USA, pays d’origine de l’arbre ! Insolite destinée.
Merci de vérifier les horaires d’ouverture du Musée (normalement le week-end dès le 16 mai 2020)
www.penthes.ch

Hélène Vibourel

La place du Rhône… à Genève

Une halte agréable au soleil...

Oeuvre de Markus Raetz


Relookée la place du Rhône, elle est devenue une halte agréable au soleil, pour les passants et les touristes, avec son banc circulaire de soixante mètres de long, moitié moins que celui de la Treille. Elle est arborisée de trois variétés de cerisiers. En levant les yeux, on aperçoit une étrange sculpture avec un « O » et un « N », une œuvre de Markus Raetz, qui dit « oui », et « non »… « Une chose peut aussi en être une autre ». Hommage à ce peintre suisse, sculpteur, graveur et photographe, né en 1941 et décédé le 14 avril 2020 à Berne. Autrefois, n’était ici que la grève du lac et du fleuve et les rues basses se nommaient primitivement « les Revires ou les Rivières, parce qu’elles longeaient le cours du Rhône. Les transformations ont pris forme peu à peu au 17e siècle. Avec le temps, l’agitation marchande des grandes foires de Genève a disparu laissant la place au shopping de luxe, autre ambiance !

Hélène Vibourel

Brins de muguet

En mai, un brin de muguet…

Ou Lys des Vallées!

Le Muguet...Un porte-bonheur

Le Muguet...Un porte-bonheur


Parfumé, le brin de muguet du mois de mai, appelé aussi lys des Vallées ! Une fleur qui symbolise le printemps, l’amour. Autrefois, en Europe étaient organisés les « bals du muguet » où les jeunes filles étaient vêtues de blanc et les jeunes gens fleurissaient leur boutonnière d’un brin de muguet. C’était le seul bal de l’année où les parents n’avaient pas le droit de « pointer leur nez ». Le muguet, c’est aussi la fleur du bonheur, on raconte que celui qui trouve un brin avec treize clochettes sera favorisé par le destin. Tentez votre chance !
Fête du Feuillu à Cartigny-1940

Fête du Feuillu à Cartigny-1940


Dans plusieurs communes genevoises, il existe une autre coutume, le « Feuillu » fixée le premier dimanche de mai, elle célèbre le retour du printemps. Les filles ont une couronne de fleurs sur la tête, les garçons agitent des clochettes, c’est un joyeux cortège avec en-tête un couple enfantin juché sur un petit char fleuri qui défile dans le village pour annoncer le retour des beaux jours. Une tradition qui perdure à Avusy, Cartigny, Onex, Perly…

Hélène Vibourel

Le parc Ariana…à Genève

"Ma vie est un message"...

Parc de l'Ariana et son musée

Parc de l'Ariana et son musée


Apaisant, d’emprunter la rue de la Paix et de se rendre dans le parc de l’Ariana légué à la ville de Genève par le mécène Gustave Revilliod. Cet espace vert intitulé dans le passé, domaine de Varembé, est aujourd’hui bien plus petit qu’à son origine. Il s’étendait sur 36 hectares de Pregny jusqu’au lac Léman. Malgré les instructions de Gustave Revilliod dans son testament, incluant la conservation du domaine dans son intégralité, la majeure partie fut cédée en 1929 à la Société des Nations. Elle y édifiera son « palais ». En échange, la SDN offrira à la ville d’autres terrains et propriétés, dont La Perle du Lac. Sur le parc de l’Ariana est implanté, notamment, le Musée de la Céramique et du verre (Musée Ariana) et cette magnifique statue de bronze, du Mahatma Gandhi qui regarde le passant avec, sur son socle, une pensée à méditer : « Ma vie est un message ».
Mahatma Gandhi- 1809-1948

Mahatma Gandhi- 1809-1948


Il y a aussi la monumentale cloche japonaise de Shinagawa offerte par le Japon en signe de reconnaissance à la ville de Genève qui restitua l’originale retrouvée par hasard dans une fonderie d’Aarau en 1873.
cloche de Shinagawa

cloche de Shinagawa

Hélène Vibourel

poubelles de Genève©®Rohr

Les « poubelles de Genève »…

Une gourmandise chocolatée...

Coffret poubelles de Genève©®Rohr

Coffret poubelles de Genève©®Rohr


Délicieux, et réconfortant de succomber à quelques gourmandises chocolatées, créées par des chocolatiers dont l’imagination sans limite suscite auprès des amateurs, une envie irrésistible de se laisser tenter. Gourmandise peut parfois rimer avec plaisanterie, c’est le cas de cette fameuse recette intemporelle, issue d’une farce ou d’une blague créée par la Maison Rohr à Carouge et Genève : les « poubelles de Genève ». Une appellation pas vraiment « glamour », mais un véritable succès, un goût unique et un engouement pour cette coque de chocolat renfermant une masse truffée. La Maison Rohr depuis sa naissance, il y a plus de 80 ans et au fil de trois générations s’est rendue célèbre pour ses nombreuses créations intemporelles. A côté de ses « poubelles de Genève » on lui doit aussi les délicieux « pavés glacés », des cubes de chocolat noir saupoudrés de cacao, une métaphore de la chaussée. Un peu d’humour est toujours le bienvenu.
pavés-glacés©®Rohr

pavés-glacés©®Rohr


www.rohr.ch

Hélène Vibourel

Henry-Dunant-Illustration ©Marion Jiranek

Henry-Dunant… un humaniste né à Genève!

Solidarité...à Genève

Henry-dunant-1828-1910

Henry-dunant-1828-1910


Henry-Dunant, né à Genève en 1828 et mort à Heiden en 1910 avait dès son plus jeune âge la fibre humaniste. A quatorze ans, il allait déjà en prison… pour lire la bible aux prisonniers! Il fut l’un des fondateurs du Comité international de la Croix-Rouge créée en 1863 et un fervent opposant à la peine de mort. Il obtint également le prix Nobel de la paix en 1901. Son buste sculpté se situe Place de Neuve, à l’emplacement de l’ancienne guillotine et non loin du Musée Rath, qui porte le nom de ses généreux donateurs.
Buste Henri-Dunant- Place de Neuve

Buste Henri-Dunant- Place de Neuve


Le Musée Rath, est le premier musée des Beaux-Arts en Suisse construit au 19e siècle! Il cessa son activité pendant la Première Guerre Mondiale et fut occupé, de 1914 et jusqu'en décembre 1919, à l’initiative de la Croix Rouge Genevoise, par l’Agence Internationale des prisonniers de guerre (AIPG) qui servait d’intermédiaire avec les familles des détenus. L'AIPG est administrativement intégrée au CICR fin 1919, mais la section civile continue son activité jusqu'au début des années 1920.
AIPG- au Musée Rath vers 1918

AIPG- au Musée Rath vers 1918


1 200 bénévoles de Genève aidèrent à retrouver les prisonniers et les déplacés de toutes nationalités, permettant ainsi de les mettre en contact avec leurs familles et de leur faire parvenir courrier et colis en contournant les obstacles des pays en guerre. « Sur la base des listes de prisonniers de guerre qui lui sont fournies par les Etats belligérants, l'Agence établit des fiches pour chaque prisonnier, qui sont classées par fichiers nationaux et auxquelles sont intégrées les demandes d'information. Dès qu'il y a « concordance » entre une information et une demande, l'Agence peut apporter une réponse à la famille ou à la commune d'origine d'un prisonnier de guerre sur lequel porte la demande de renseignement. » 2 millions de prisonniers ont pu être réunis à leurs familles et 7 millions de fiches furent compilées!

Hélène Vibourel

Raffinement au restaurant Patara Genève

Restaurant le Patara…à Genève

Raffinement de la cuisine thaïlandaise...

Curry jaune d'aubergine au lait de coco

Curry jaune d'aubergine au lait de coco

Le Patara Genève

Le Patara Genève


Situé dans le cadre exceptionnel et historique de l’hôtel Beau-rivage à Genève, depuis son ouverture en 1999, le Patara est une référence en gastronomie thaïlandaise et l’ambassade genevoise de l’une des meilleures tables de Bangkok. A l’intérieur du restaurant, tout n’est que raffinement, élégance et discrétion. Couleurs chaudes et ambiance feutrée, le cadre convient parfaitement à la cuisine proposée, fine et délicate, aux saveurs lointaines, de la cheffe Jumnong Noradee, aux commandes de la brigade depuis 2002 (14/20 au GaultMillau).
Cheffe Jumnong Norradee

Cheffe Jumnong Norradee


Excellente cuisinière, formée aux exigences et à la philosophie de la maison mère thaïlandaise, Jumnong Norradee s’adapte au palais local avec une touche personnelle. Ses recettes exclusives allient des nuances sucrées, salées, douces ou épicées, confectionnées d’ingrédients provenant de Thaïlande et combinés avec les meilleurs produits locaux.
Curry jaune d'aubergine a lait de coco

Curry jaune d'aubergine a lait de coco


La carte est riche en découvertes avec, notamment, un vaste choix de plats végétariens, le tout joliment présenté, une invitation pour les convives à se laisser tenter et à rejoindre la vision de la cuisine thaï : « Une cuisine de partage! » Une expérience gastronomique unique sur les rives du Léman, alliant le meilleur de l’Orient et de l’Occident.

Hélène Vibourel

Le circuit des Nations…à Genève

Une course automobile urbaine...

Rugissant, les bolides qui s’élançaient sur le circuit des Nations de 1936 à 1950. A cette époque, les courses automobiles urbaines étaient encore autorisées en Suisse et les Bugatti, Maserati, Ferrari et autres bolides s’élançaient à vive allure, au mois de juillet, sur un tracé de 4 110 mètres entre le lac Léman et la Place des Nations. Ils empruntaient la rue de Lausanne, l’avenue Mon Repos, l’avenue de France et l’avenue de la Paix. Aujourd’hui, impossible d’imaginer en ville, une épreuve de Grand-Prix, assimilable à une épreuve de Formule 1, Genève n’est pas Monte-Carlo ! D’autant que l’aventure pris fin rapidement en 1950, après la perte de contrôle d’une Ferrari sur une flaque d’huile provoquant la mort de trois spectateurs et fit une vingtaine de blessés.

Hélène Vibourel