Bienvenue à La Chaumière

Restaurant, La Chaumière à Troinex

Serge Labrosse, à La Chaumière!

Le Chef Serge Labrosse à La Chaumière

Le Chef Serge Labrosse à La Chaumière


Quel chemin parcouru pour Serge Labrosse, depuis le temps du Buffet de la Gare des Eaux-Vives à Genève !

Serge Labrosse est un chef étoilé qui va de l’avant, aime les défis dans son parcours professionnel comme dans sa cuisine et de ce fait, partage son temps bien rythmé, entre Versoix aux commandes de son restaurant Le Boléro et Troinex où il officie à La Chaumière, l’auberge communale. Il innove sans cesse avec toujours la même passion et un dynamisme communicatif.

On aime La Chaumière et ses multiples facettes, côté brasserie ou table gastronomique. Côté cuisine, toujours autant de talent et de rigueur pour marier les saveurs. Serge Labrosse allie les produits de saison avec harmonie. Pour les gourmands, le chariot de desserts est une totale tentation, mais surtout la spécialité reste le Soufflé Maison au parfum de mangue, pommes ou chocolat.

dessert créatif©La Chaumière

dessert créatif©La Chaumière


Côté vins, la carte établie par le sommelier et Maître d’hôtel est un parfait équilibre entre prix et qualité.

Hélène Vibourel

La Chaumière
16 Chemin de la Fondelle
1256 Troinex
Tél : (0)22 784 30 66
www.lachaumiere.ch

Le Chef en cuisine©Le Flacon

Restaurant, Le Flacon à Carouge

Yoann Caloué, au Flacon!

Yohann Caloué, chef du Flacon à Carouge

Yohann Caloué, chef du Flacon à Carouge


Yoann Caloué, le jeune chef normand de 34 ans est à la tête du restaurant « bistronomique » carougeois Le Flacon. En octobre 2015, il décrochait sa première étoile en son nom et un 15/20 au Gault et Millau. Ces distinctions récompensaient les efforts de toute son équipe et de sa jeune brigade.

Yoann Caloué a travaillé sous les ordres de plusieurs chefs étoilés en France, dont Thierry Duhamel puis, à l’étranger, avant de rejoindre en 2006, les cuisines de Serge Labrosse, au Buffet de la Gare des Eaux-Vives. Après une expérience aux Etats-Unis, Yoann Caloué revient en Suisse en 2012 en tant que chef du Flacon à Carouge.

Le Flacon, restaurant dispose d’un cadre élégant, contemporain et chaleureux et bénéficie d’une ambiance authentique et décontractée.

Dynamique et motivé, Yoann Caloué multiplie les initiatives pour surprendre, séduire les quatre sens de ses clients en privilégiant les produits de saison, de la terre et de la mer, il est normand ne l’oublions pas, se renouvelant sans cesse et changeant entièrement sa carte tous les dix jours. Sa cuisine ose les saveurs originales en mariant les fruits et légumes, créant du « brut classe », du « simple travaillé » ou encore du « noble épuré ».

créativité©Le Flacon

créativité©Le Flacon


Pour les gourmets à l’agenda serré, le chef propose un « Menu Affaires », servi en moins d’une heure avec un rapport qualité et prix absolument imbattable et la possibilité de réserver par Internet.

Au Flacon, Yoann Caloué a trouvé sa place. Il peut laisser libre court à sa créativité et rayonner au cœur de sa brigade, animée par une belle complicité.

La mezzanine du restaurant d’une capacité de 20 personnes maximum peut être privatisée midi et soir.

Hélène Vibourel

LE FLACON
45 rue Vautier
1227 Carouge
Tél : (0)22 342 15 20
www.leflacon.ch

Café de la Paix-Genève

Restaurant, Le café de la Paix à Genève

Philippe Durandeau au Café de la Paix!

Le Chef Philippe Durandeau©HV

Le Chef Philippe Durandeau©HV


Au Café de la Paix, le Chef c’est Philippe Durandeau! Après dix-sept années passées à tenir les rênes des cuisines de La Réserve, il y a deux ans, il a eu un coup de foudre pour le célèbre bistro genevois.

Une envie d’être chez soi, en harmonie avec un lieu, plus proche des clients, plus décontracté tout en conservant les codes d’une grande Maison, voici le nouveau Philippe Durandeau, le « chef-aubergiste », en paix dans son charmant bistro à la décoration épurée, stylée, authentique.

Une magnifique Berkel laquée noire à l’entrée, quelques œuvres d’artiste, dont une magnifique pomme bleue « croquée », peu de changement de décor, mais des projets, car le chef a envie de croquer la vie en « se faisant plaisir et faire plaisir ».

Philippe Durandeau a une constante, celle d’être dans le vrai, à la recherche permanente du meilleur produit et à la rencontre des producteurs exigeants pour sublimer ses plats.

La carte est évolutive en fonction des saisons, mais avec les mêmes standards que la haute gastronomie, difficile de faire le choix entre les Calamarettis, le Bar sauvage, l’incontournable côte de veau et sa chapelure d’agrumes et toujours en dessert le fameux Baba au rhum ou le gaspacho de mangue et son sorbet coco… Pour le vin, le chef fait confiance à son ami et conseiller en la matière Emmanuel Heydens du Passeur de Vin.

Bar, salicorne, salsifis et oursin

Bar, salicorne, salsifis et oursin


« Vous êtes chez vous et vous êtes chez moi » un accueil chaleureux et une belle réciprocité qui rend un chef heureux, en l’occurrence Philippe Durandeau.

Hélène Vibourel

Café de la Paix
61, bld Carl-vogt
1205 Genève
Tél : (0)22 301 11 88
www.cafe-de-la-paix.ch

Merveilles

Une gourmandise, les « merveilles »…

Délicieuses merveilles...

merveilles

merveilles


Merveilleuses et si vite dégustées, les délicates et ultra fines pâtisseries élaborées en cette période, ainsi bien nommées les merveilles. Jean-Jacques Rousseau mentionnait la gourmandise dans son roman épistolaire La Nouvelle Héloïse : « Merveilles, pâtisserie genevoise, rubans de pâte cuits dans le beurre ». Il s’agit en effet d’une vieille tradition, qui remonterait au 15e siècle, annonciatrice de la période festive du carnaval dans la région bâloise, d’où son nom de petit gâteau de carnaval pour les Alémaniques ou « beignets au genou », rappel de l’étirement de la pâte sur le genou, avant de la tremper dans la friture, c’était une autre époque! En France, le beignet est diversement appelé selon les régions : « bugne », « pets de nonne », « bottereaux », « roussettes »… Les ingrédients de la merveille sont toujours les mêmes, farine, sucre glace, œufs, huile de tournesol et un peu de kirsch pour le goût. Avec la chandeleur, c’est le moment d’en profiter !

Hélène Vibourel

cardon argenté épineux de la plaine de Plainpalais,

A Genève, le cardon argenté épineux de la Plaine de Plainpalais

Les cardons, une tradition culinaire à Noël...

cardon argenté épineux de la plaine de Plainpalais©HV

cardon argenté épineux de la plaine de Plainpalais©HV


Traditionnel, en cette période, de cuisiner le cardon argenté épineux de la plaine de Plainpalais. Il fut amené par les cultivateurs huguenots du midi de la France au 16ème siècle. Il a un goût entre l’artichaut et le topinambour, excellent en gratin. Sa préparation est délicate, mieux vaut avoir des gants pour éviter de se piquer ou l’acheter tout prêt, sous vide ou en bocal.

Voici une recette traditionnelle pour préparer une belle botte de cardons pour 6/8 personnes… Eplucher et épépiner les cardons frais en utilisant des gants. Faites les tremper dans de l’eau citronnée, les cuire dans moitié eau salée, moitié lait pendant 1h à 2h ou 40 mn à la cocotte. Le cardon doit être tendre. Egouttez, versez dans un moule beurré, sel et poivre, parsemez de fromage râpé. Préchauffez le four à 180°. Dans une casserole, versez 3 ou 4 os à moelle et les couvrir d’eau froide salée, portez à ébullition, les cuire à couvert pendant 10 minutes. Conservez l’eau de cuisson. Répartir la moelle sur le gratin. Dans une casserole, faites un roux avec beurre, farine et jus de cuisson des os. Versez la sauce sur le gratin, enfournez environ 45 mn à 180° et dégustez. Un délice pour toute la famille !

Hélène Vibourel

Coupe de Noël 2018

Les givrés de Noël, à Genève…

La Coupe de Noël…

Coupe de Noël 2018

Coupe de Noël 2018


Givrés et euphoriques, les participants de la Coupe de Noël qui se jettent joyeux mais tremblants, dans le lac Léman. C’est ainsi depuis 1934. Lors de la première édition, ils n’étaient que neuf participants à s’élancer par-dessus les barrières qui longent le Jardin anglais dans une eau glacée. En ce dimanche 16 décembre et pour cette 80e édition, ils sont près de 2 200, nageurs en compétition ou en tenue humoristique à affronter une eau à 7° ! Chapeau, il faut le faire, commencer par recevoir un seau d’eau avant le grand « saut » puis nager 120 m ou 444 m, selon ses capacités. Et les voilà partis, les givrés, déguisés en Flamands Roses, en Père Noël, en Dalton, en Fondue… Un bon coup de froid, mais à la fin une bonne dose d’endorphine qui vous met de bonne humeur pour la journée ! Et attention, d’après les experts de la Coupe de Noël, il a été constaté une forte dépendance à pratiquer la nage en eau froide.

Hélène Vibourel

A l’Auberge de Gy… Ô temps suspend ton vol !

Authenticité et goût des plats simples…

 Auberge de Gy©HV

Auberge de Gy©HV


Au cœur du bucolique village de Gy, il existe une charmante petite auberge où le temps suspend son vol, c’est indiqué d’ailleurs sur une petite ardoise à l’entrée, en bref, l’endroit n’est pas pour les gens pressés ! La patronne Marie-Josèphe accueille le client avec naturel et sympathie et propose ses plats simples et goûteux dont le fameux poulet fermier, « le meilleur poulet du monde » dixit Marie-Jo. Mais pas seulement, sans fioritures ou chichis, vous succomberez aux omelettes, aux rillettes maison, au loup de ligne au fenouil, à l’agneau de sept heures ou autre plat mijoté… Pour une envie particulière : cervelle, rognons, passez un coup de fil la veille à la maîtresse des lieux. Bon à savoir, si vous avez une superbe bouteille dans votre cave et une envie de partager votre nectar avec des amis autour d’un bon repas, vous pouvez l’emmener à l’auberge et ne paierez que le droite de bouchon. En été, vous vous restaurez sur une sympathique terrasse ombragée. L’Auberge de Gy l’endroit idéal pour passer du bon temps. Après votre repas, profitez du paysage et faites une petite balade dans les vignes.

Auberge de Gy
134, route de Gy
1251 Genève - +41 (0)22 759 21 22
Fermé mardi et mercredi
Parking à proximité

Fondue moitié-moitié©HV

Une fondue onctueuse…

Traditionnel, en hiver de partager la fondue...

Fondue moitié-moitié©Marion Jiranek

Fondue moitié-moitié©Marion Jiranek

Traditionnel, en hiver de finir la soirée autour d’une onctueuse fondue. C’est le plat national par excellence en suisse et souvent une histoire d’hommes dans beaucoup de familles ! Elle s’est popularisée depuis les années 1950. Les premières recettes de fondue remontent au 17esiècle en Suisse comme en France ! En Savoie, pour parler du contenant, on utilise le terme de « ramequin » signifiant en patois « fromage fondu » et en Suisse le mot caquelon est usité. On se perd dans les recettes selon les cantons suisses où l’on fait la part belle aux fromages de région. On passe de la « moitié-moitié » qui n’utilise que du gruyère et vacherin, au total vacherin fribourgeois pour la Fribourgeoise, au total Appenzeller pour l’Appenzelloise, ou moitié-moitié Gruyère et Emmental à Neuchâtel et la Savoyarde privilégie, Emmental, beaufort et Comté. Le huit, un chiffre à retenir ! Pour éviter le bloc, préparez la fondue en faisant des huit et pour la déguster, tournez en huit avec votre fourchette !

Quelques adresses à Genève et dans les environs, pour déguster une fondue onctueuse :

Genève : La Buvette des Bains aux Pâquis,  Restaurant La Coulouvrenière, Restaurant les Antiquaires...

Environs : Café du Soleil à Corsier, Au Vieux Carouge à Carouge, Le Gruyérien à Chêne-Bougeries...

Hélène Vibourel

Un chou, très design…

Dans le quartier des Eaux-Vives, un chou tendre et fondant...


Croquants et fondants, les choux chez CHOU, à Genève, sont un pur délice, nés d’une rencontre entre Nathaniel Baruch, pâtissier et Mathias Piergili, un passionné de Design. Depuis plus d’un an, la pâte à choux fabriquée artisanalement et au quotidien enrobe des saveurs qui changent au grès des saisons. A l’emporter dans des emballages simples en kraft qui laisse parler le produit ou dégustés sur place dans un lieu cosy, épuré aux meubles chinés et stylés, la pâte à choux fait de plus en plus d’adeptes et se décline à l’heure du déjeuner en éclair salé. Sur place, d’excellents cafés torréfiés et du thé haut de gamme Newby.
Plus d’infos : chougeneve.ch

Hélène Vibourel

Restaurant, Athénée 4 à Genève

L’ Athénée 4, La chapelle du bon goût

Athénée 4 Genève


Passer du culte à la culture, est le pari réussi de l’Athénée 4, restaurant crée dans une ancienne chapelle située au deuxième sous-sol d’un immeuble cossu du 19e siècle situé au cœur de la vieille ville de Genève. Ainsi, caché des regards, on ne vient pas déjeuner par hasard à l’Athénée 4, il faut descendre quelques marches avant de se retrouver devant un vaste espace au décor contrasté, mariage entre végétations et colonnes religieuses, balustrade d’époque et mobilier contemporain. Le soir, l’Athénée 4 accueille des soirées privées ou événements et selon l’agenda se transforme en bar musical.
cocktail à  l'Athénée 4

cocktail à l'Athénée 4


Adresse :
Rue de l'Athénée 4
1205 Genève - Tél: +41 22 31 11 22
hello@athenee4.ch

Hélène Vibourel