Le Jet d’eau de Genève

La colonne unique d'un vaste temple...

Le Jet d'Eau aux alentours de 1886

Le Jet d'Eau aux alentours de 1886


Monumental, le célèbre Jet d’Eau de Genève connu dans le monde entier. Il n’est pas du au hasard et ne fut pas toujours une attraction touristique. Sa création date de 1886. Il était situé avant à l’emplacement du Bâtiment des Forces motrices et mesurait 30 mètres de haut, alors qu’aujourd’hui, il mesure 140 mètres, avec une vitesse de 200 km/h et un débit de 500 litres par seconde. Il n’est pas du au hasard et ne fut pas toujours une attraction touristique. Sa création date de 1886. En fait de 1850 à 1890 la population passa de 40 000 habitants à 60 000 et tous ces habitants avaient besoin d’être approvisionné en eau d’où la construction d’une station hydraulique mais vint ensuite le problème en fin de journée où tous les artisans arrêtaient leur activité presque en même temps provoquant… une surpression. Et pour y remédier, vint l’idée d’un jet qui laisserait échapper la pression de l’eau ! Elementaire ou presque… Ainsi était né le célèbre et incontournable Jet d’eau. Dans son livre « Genève », l’écrivain français du 20ème siècle, Pierre Gascar, le décrit ainsi : « Je me trompais, en voyant dans le jet d’eau de Genève, qui est le plus haut du monde, une simple attraction, un agrément de parc public. Il sanctifie l’esprit du lac et le matérialise dans ce jaillissement : en le voyant surgir au-dessus des derniers plissements du Jura, quand j’approche de Genève, je découvre, en fait, la colonne unique d’un vaste temple transparent ». Le Rhône et ses contrastes de couleur inspirèrent aussi Julien Green dans son « Journal du Voyageur ».

Hélène Vibourel

Visite audio à Genève de De "Sissi" à "Frankie"

Genève, de « Sissi » à « Frankie »

Une visite audio à travers la ville...

Statue de "Sissi" à la rotonde du Quai du Mont-Blanc

Statue de "Sissi" à la rotonde du Quai du Mont-Blanc


C’est une visite en zigzag à Genève que je vous propose, d’une rive à l’autre, d’un personnage à l’autre en prenant le temps de l’observation, de la contemplation face aux paysages, monuments et curiosités qui jalonnent notre parcours.
De « Sissi », impératrice d’Autriche à « Frankie » pour les intimes, héros malheureux du célèbre livre Frankenstein de Marie Shelley, nous voici partis pour une agréable balade à travers la ville.
Statue de "Frankie" sur la plaine de Plainpalais

Statue de "Frankie" sur la plaine de Plainpalais

Visite audio sur le site de izi.travel : Genève, de "Sissi" à "Frankie"
https://izi.travel/browse/11fd4d7c-85fa-44b6-b0c5-f2d8558803ce/fr

Hélène Vibourel

Musée militaire Genevois au Domaine de Penthes

Domaine de Penthes…

Un parc public, très romantique...

Vue sur le parc du Domaine de Penthes

Vue sur le parc du Domaine de Penthes


Romantique, le parc public de neuf hectares du domaine de Penthes situé au cœur de la Genève Internationale, avec ses promenades vallonnées et sa vue splendide sur les Alpes et le lac. Il est communément appelé le parc de l’Impératrice en l’honneur de Joséphine de Beauharnais, qui résidait non loin, au château de Prégny-la-Tour. Les sentiers agrémentés d’arbres fruitiers, mènent le visiteur vers le château de Penthes et les musées privés qu’il abrite, dont le Musée militaire genevois et le Musée des Suisses dans le Monde qui depuis plus de 45 ans évoque l’histoire et le destin de ces hommes et femmes qui ont quitté leur patrie et marqué le monde de leur empreinte.
Séquoia et château de Penthes

Séquoia et château de Penthes


Majestueux, devait être ce séquoia géant wellingtonia, planté dans ce parc vers 1870, qui, en une fraction de seconde, sous l’effet de la foudre, a volé en éclats le 6 octobre 1993. Certains morceaux ont été projetés à plus de 300 mètres dans la propriété de l’ambassade des USA, pays d’origine de l’arbre ! Insolite destinée.
Merci de vérifier les horaires d’ouverture du Musée (normalement le week-end dès le 16 mai 2020)
www.penthes.ch

Hélène Vibourel

La place du Rhône… à Genève

Une halte agréable au soleil...

Oeuvre de Markus Raetz


Relookée la place du Rhône, elle est devenue une halte agréable au soleil, pour les passants et les touristes, avec son banc circulaire de soixante mètres de long, moitié moins que celui de la Treille. Elle est arborisée de trois variétés de cerisiers. En levant les yeux, on aperçoit une étrange sculpture avec un « O » et un « N », une œuvre de Markus Raetz, qui dit « oui », et « non »… « Une chose peut aussi en être une autre ». Hommage à ce peintre suisse, sculpteur, graveur et photographe, né en 1941 et décédé le 14 avril 2020 à Berne. Autrefois, n’était ici que la grève du lac et du fleuve et les rues basses se nommaient primitivement « les Revires ou les Rivières, parce qu’elles longeaient le cours du Rhône. Les transformations ont pris forme peu à peu au 17e siècle. Avec le temps, l’agitation marchande des grandes foires de Genève a disparu laissant la place au shopping de luxe, autre ambiance !

Hélène Vibourel